Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Où Suis-Je ?

  • : LA PICOUGNETTE !
  • LA PICOUGNETTE !
  • : Mon Monde et un peu du votre aussi ! Ici on parle de médecines douces, de fait maison, d'environnement, de cuisine, de nature et de mes coups de gueule aussi !
  • Contact

Combien de Louloute !

 


  Il y a actuellement compteur petite(s) feuille(s) connectée(s) sur la Picougnette 
 

 

Opinions libres !

 

Bibliothèque

14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 17:15

Ce week-end nous avons testé les pâtes sans gluten à la carbonara, et ça se serrait plutôt bien passé si mon Loulou n'avait pas tenu absolument à mettre de la crème fraiche dans sa carbonara plutôt qu'un substitut végétal. Le lactose n'était pas mon ami les suites ont été un peu compliquées pour moi.

Ceci étant il me restait donc trois blancs d’œufs dont il fallait que je fasse quelque chose, et j'ai choisi les petits financiers avec un recette très simple et très rapide.

 

 

Ingrédients :

25g de fécule de maïs

80g de sucre glace sans gluten

40g de poudre d'amande

1 sachet de sucre vanillé

2 blancs d'oeuf (j'en avais 3)

50g de beurre fondu (j'utilise toujours du 1/2 sel)

Des amandes effilées pour la décoration.

 

Préchauffer le four à 190°

Mélanger la fécule, le sucre glace, la poudre d'amande, le sucre vanillé et les blancs d'oeufs.

Ajouter le beurre fondu et mélanger à nouveau.

Verser la pâte dans les moules.

Parsemer d'mandes effilées.

Enfourner pour 15 minutes.

 

 

Laisser reposer quelques minutes avant de démouler et poser les financiers sur une grille pour qu'ils refroidissent.

Petit gateau doudou par excellence, je trouve que le financier est parfait avec le thé.

 

 

Je les fais un peu plus épais que la normal car dans cette version ils sont un peu moins denses mais toujours aussi bons.

 

 

Bonne semaine !

8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 05:14

Ça y est, on est le 8 mars.

Ça fait bien 15 jours qu'on nous bassine avec la journée de la femme, et bien on y est.

Je suis tombée sur tout et n'importe quoi depuis 15 jours sur le sujet : allant de tous les programmes télévisuels exceptionnels dont le sujet sera les femmes sur toutes les chaînes et à toutes les heures de la journée, a des offres exceptionnelles d'achat de 10 briochettes 20% moins chère pour cette journée....

J'ai juste cette impression nauséeuse qu'on nous brandit la journée de la femme, comme la Saint Valentin : que ce jour là est l'exception dans les 365 jours qui restent de l'année (année bissextile donc 365 +1) ou chacun peut y aller de son laïus sur le sujet et ou même notre président s'épanche sur son côté féministe dans Elle....

 

Ce qui me hérisse dans tout ça, c'est cette esbroufe concentrée sur une journée, ce tapage médiatique qui ne dure que l'espace d'un éternuement, et qui font fleurir les réflexions masculines que l'on peut voir sur les réseaux sociaux, d'hommes qui se demandent pourquoi il n'y a pas de journée de l'homme.

Faire autant de tapage sur une seule journée est quand même le meilleur moyen d'obtenir exactement l'inverse de ce qui devrait être recherché.

Je veux dire par là saturer les gens de débats, de reportages, d'informations qu'ils ne retiendront de toute façon pas face à l'accumulation n'est ce pas seulement le moyen de se donner bonne conscience ?

Pourquoi est ce qu'on enseigne pas à l'école les noms de ces femmes qui dans l'histoire ont fait évoluer la condition des femmes ?

Pourquoi on n'apprend pas aux enfants que de tout temps les femmes ont du se battre pour avoir le droit de simplement «exister » ?

Qui sait de nos jours que c'est en 1938 que l'incapacité civile de la femme et l'autorité maritale ont été abrogés ? Qu'avant ça une femme n'avait pas le droit de s'inscrire à l'université sans l'autorisation de son mari, et que même après ça, le mari pouvait encore interdire à sa femme de travailler.

(Je rappelle quand même que cet état de chose était dû au code Napoléon qui imposait le devoir d'obéissance de la femme envers son mari.)

 

Qui se souvient encore aujourd'hui qu'avant 1965 une femme ne pouvait pas ouvrir un compte bancaire ou avoir un travail rémunérer sans l'accord de son mari ?

Que la loi qui autorise la contraception date de 1967 ? (Et qu'il faudra 7 ans de plus pour que ce soit remboursé par la sécurité sociale).

 

Dans quelques matières que ce soit, il y a des femmes qui ont lutté chacune à leur manière mais toutes dans le but d'être reconnue à l'égal des hommes et de faire valoir leurs droits d'être un être humain à part entière.

Bien sur tout le monde citera Colette, Georges Sand, Marie Curie ou Camille Claudel, mais qui connaît Marguerite Durand, journaliste et fondatrice de La Fronde ou Louise Michel dite La vierge rouge qui combattit pendant le Commune de Paris, ou encore Flora Tristan ?

 

Si on apprenait tout ça à l'école et la façon dont ces femmes ont fait avancer les choses à travers la littérature, l'art, les sciences, la médecines etc.. Peut être que ça serait différent. Peut être que la pensée serait différente.

Les hommes et les femmes sont différents mais complémentaires. Ils ne seront jamais égaux au sens propre du terme et ce n'est pas la demande. La demande serait plutôt pourquoi l'homme n'est pas capable de respecter la femme ?

Quand je dis respecter c'est au sens large : respecter dans le comportement, respecter dans la pensée, respecter dans la reconnaissance de ses capacités et de ses compétences, respecter dans ses choix et ses décisions.

Parce que au fond c'est bien de ça qu'il s'agit : la liberté c'est quand le respect est mutuel.

5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 16:25

Le 24 février dernier dans cet article, je vous parlais de Glouton Frais, cette boulangerie sans gluten qui fabrique des pains et qui les livre le lendemain de la fournée.

Je vous avais fait part de mon enthousiasme et du fait que j'allais passer commande la semaine suivante pour tenter l'expérience, et c'est ce que j'ai fait !

J'ai passé ma commande le lundi :

La commande ne peut pas être inférieure à 6 pains de façon à rentabiliser les frais de port pour tout le monde. Par contre rien n'interdit de faire des commandes groupées avec voisins ou/et amis pour justement faire baisser les frais.

Un fois ma commande passée j'ai reçu un mail qui me disait que ma livraison serait faite le jeudi.

J'ai choisis la livraison en point relais, et une liste de points relais est proposées autour de l'adresse que l'on donne. J'avais le choix entre trois points différents.

J'ai reçu le jeudi un sms pour m'avertir que ma commande était arrivée : tout était parfait !

 

Ouverture du carton, les pains sont parfaitement emballés et protégés.

 

Chaque pain est entier et emballé individuellement avec son étiquette portant la composition, le nom du pain et la date jusqu'à laquelle il est le meilleur.

 

Pain au lin, au sarrasin et de campagne, ce sont les trois possibilités qui s'offrent à nous à la commande. J'ai pris deux de chaque pour pouvoir gouter à tout. Forcément ça fait tellement longtemps que je n'avais pas mangé de vrai pain, qu'avoir le choix était un vrai bonheur !

 

J'en ai gardé deux de côté à consommer de suite, et pour le reste je les ai tous tranché puis remis dans leur emballage d'origine en refermant bien avec un petit bout de scotch pour les congeler.

 

Le pain au lin dans lequel je n'ai pas pu m'empécher de mordre pour gouter en tranchant les autres !

J'ai retrouvé le plaisir de me faire des tartines grillées le matin, et de manger du pain. Du coups je boude un peu mon pain de fleurs depuis.

Au fond du carton j'ai découvert une enveloppe avec un petit mot pour me remercier de ma commande, pour m'informer qu'ils allaient bientôt faire des patisseries sans gluten et pour expliquer que si on veut congeler le pain il vaut mieux le trancher avant congélation pour éviter qu'il s'effrite à la coupe une fois décongelé.

Si vous hésitiez encore à vous lancer dans une commande, franchement allez-y les yeux fermés !

Il y a de la générosité et du coeur dans cette entreprise et ça se ressent dans leurs produits. :)

28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 03:12

Une petite brève d'humeur aujourd'hui, bien après la déferlante, que dis-je le raz de marée qu'a provoquée partout ce qu'on appelle la réforme de l'orthographe.

Il y a quand même la dedans une logique que je ne comprend pas : quel est le but ?

 

Pour exemple je reprend la phrase que l'on a vu circuler partout sur les réseaux sociaux et pas que d'ailleurs :

Je vais me faire un petit jeûne moi et ça ira mieux.

Je vais me faire un petit jeune moi et ça ira mieux.

 

L'accent circonflexe à une utilité, en vérité il en a même plusieurs :

La première c'est qu'il remplace souvent une lettre disparue avec l'usage, la plupart du temps le s.

Bâton → bastonnade

Bête → bestial

 

Ou bien, comme le montre mon premier exemple il sert a différencier des mots qui s'écrivent de la même manière mais qui ont un sens différent.

 

De la même manière en grammaire il permet de distinguer les déterminants possessifs des pronoms possessifs :

La voiture rouge c'est notre voiture, la blanche c'est la vôtre.

 

Il y a beaucoup de raison et surtout d'utilité à l'utilisation de cet accent et je ne crois pas qu'on puisse arbitrairement du jour au lendemain décréter pour une quelconque raison de facilité d'usage sa disparition, surtout si elle n'est valable que dans certains cas cette disparition.

 

Mais on en vient au sujet qui fâche plus encore, oui, oui on va parler de ognons et nénufar.

A l'écriture de ces mots ainsi mon correcteur automatique d'orthographe s'emballe et voit rouge !

 

Et là nous avons deux camps qui s'affrontent : les bien-pensants mielleux qui adorent s'écouter parler (surtout en se relisant ^^) qui vous diront que :

 

« nénufar » vient de l’arabe nīnūfar, absorbé par le latin et ainsi transformé en « nenufar », avant qu’un scribe zélé ne le prenne pour un mot grec et ne le glorifie d’un -ph instruit – loin d’être neutre – qui acheva de faire éclore dans nos cœurs ce vénéré « nénuphar ».

 

« ognon » provient du latin unio, lentement mâché par la paysannerie jusqu’à ce que l’on ne sache plus l’écrire correctement et qu’un -i parasite ne vienne perturber le -gn prévu à cet effet. Ce -i divise, alors on le soustrait. C’est mathématique.

 

Si vous souhaitez vous coltiner l'article c'est par là que ça se passe. (Mais je vous préviens, en terme de s'écouter parler c'est costaud...)

 

Alors peut être en effet que l'origine de ces mots que nous connaissons sous une autre orthographe aujourd'hui vient d'une erreur datant de plusieurs siècles, mais quel est l'intérêt de vouloir en 2016 corriger comme ça du jour au lendemain des erreurs qui sont tellement rentrées dans l'usage que la moitié des français a cru que la seule raison qui motivait ces changements était la simplification orthographique ?

 

Même l'Académie Française s'est indignée ! (avec retard soit, mais il faut bien prendre parti même avec retard que de passer pour des indécis ou des sans opinion).

L'Académie Française qui décide des nouveaux mots qui enfleront chaque année LE dictionnaire source de toutes les significations et de tous les sens.

Tous ? Non.

Car bien sur chaque année de nouveaux mots sont ajoutés pas toujours bien choisis, pas toujours bien français, et (cela n'engage que moi) pas toujours du meilleur goût. Je fais une fixation depuis l'apparition du mot « démariage ». Je trouve ce mot hideux et tout a fait inapproprié : on peut annuler un mariage, on peut divorcer mais démarier un couple, c'est juste une aberration. Ce n'est bien entendu qu'un exemple parmi d'autres.

 

Mais revenons-en à nos Académiciens.

Ils font donc entrer des nouveaux mots dans le dictionnaire, mais le plus alarmant c'est que beaucoup d'autres mots en sortent sans pour cela qu'on s'en rende compte à part peut être si comme mes parents vous êtes des fondus de mots croisés et que vous avez au moins deux dictionnaires à portée de main en permanence.

Pourquoi deux ? (Dont un qui tombe relativement en lambeaux avec sa reliure recollée et scotchée maintes et maintes fois et qui est une relique ancestrale chérie comme le dernier des trésors.)

 

Parce que, ce dictionnaire à l'état de presque poussière est le dernier de sa race, l’Élu, celui qui contient encore des mots bien de chez nous qui sont tombés en désuétude, et que l'on a proprement retirer de nos dictionnaires actuels, des mots que seuls ceux qui ont soif de savoir cherchent encore à comprendre.

Et croyez le ou non, internet n'est pas la solution à tout, et souvent ouvrir un vieux dico prend moins de temps que de lancer des recherches successives sur le web.

 

Le deuxième camps ce sont tout ceux qui se sont insurgés avec une certaine violence contre ces changements bien sur.

Je vais vous donner mon avis :

Les français sont des gueulards, c'est un fait et c'est loin d'être nouveau. Nous sommes réputés dans le monde entier pour cela. Mais au fond la raison de la grogne est toujours la même : la liberté.

La liberté d'expression, la liberté de vivre décemment, la liberté de se faire entendre, la liberté d'être français, la liberté de ne pas être d'accord, la liberté de se battre pour ce qui est juste, la liberté de dire Je suis Charlie ou/et je suis Paris, la liberté d'exister tout simplement, et de ne pas être simplement : la masse salarial ou la masse de demandeurs d'emploi ou encore la classe moyenne.

 

Et quoi qu'on en pense ou qu'on en dise, le français se lèvera toujours pour montrer ce qui est important pour lui et ce qu'il n'est pas disposé à abandonner parce qu'on lui dit qu'il faut le faire. C'est valable pour sa terre, pour son histoire, pour son patrimoine régional, gastronomique, linguistique etc...

 

Beaucoup de réformes sont faites dans le but de réduire les dépenses, dans le but de ramener les gens vers les villes pour centraliser, la refonte des régions fait encore couler beaucoup d'encre et dans le même temps le français se rebelle, le télétravail explose et une partie des français désertent les grandes ville avec un besoin d'air et de mieux vivre, alors que les agriculteurs hurlent leur droit à pouvoir vivre du travail qu'ils aiment et qui nourrit la France.

Il y a beaucoup de choses sur lesquelles les français ne peuvent pas se battre : les impôts, les taxes, les loyers, l'essence, le prix des cigarettes etc.. et ils doivent courber l'échine et encaisser. Il y a beaucoup de choses que les français doivent tolérer parce que la loi les y oblige en plus d'être fliqué pratiquement sur tout et partout.

 

Les combats se retrouvent ou on peut les mener, avec le cœur qui enflamme les français quand on essaye de les mettre à genoux, avec leurs racines culturelles, régionales quand on touche à leur patrimoine, à leurs terres, avec leur symboles qu'ils brandissent avec fierté et avec courage.

 

Les français ne refusent pas d'évoluer, ils refusent simplement que l'évolution efface derrière elle d'un revers de main ce qui fait la France : sa diversité, sa culture, son histoire.

Quand on se trouve dans une période grise ou le présent est difficile et que l'avenir ne montre pas d'éclaircies flagrantes ou de changements positifs, le moindre combat de cœur prend une ampleur démesurée parce qu'on s'y lance avec toute la violence libérée de ces autres combats qu'on sait ne pas pouvoir gagner.

 

La France est un pays magnifique et les français sont des gueulards au grand cœur dont la solidarité nationale n'a d'égale que la volonté qu'ils ont de conserver leurs identités propres qui pour rien au monde ne seront une et indivisibles.

 

25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 23:26

 

 

Une petit recette que j'aime beaucoup depuis très longtemps et que j'ai donc du remastériser, comme on dit, pour continuer à en manger de temps en temps avec une bonne salade verte.

Ce cake est aussi sans lactose.

 

Ingrédients :

90g de farine de riz

90g de fécule de maïs

1 sachet de levure chimique sans gluten

1 grosse càs d'herbes de Provence

1 càc de psyllium

 

3 oeufs

60 ml d'huile d'olive

70 ml d'un mélange de lait végétal (riz pour moi) et de crème végétale (soja pour moi)

1 barquette de lardons fumés

Des olives vertes dénoyautées à votre convenance.

 

 

Comme toujours, je commence par mélanger les poudres.

Dans un pichet je fouette les œufs, l'huile, et le lait et la crème.

J'ajoute les liquides dans les poudres en mélangeant bien,

Puis les olives entières et les lardons.

Je passe ma feuille de papier sulfurisé sous l'eau en la froissant puis je passe de l'huile d'olive au pinceau dessus avant de chemiser mon moule.

Une fois la pâte versée dans le moule on enfourne le tout a four froid à 160° pendant environ 1 heure.

 

 

Si vous trouvez que la coloration va trop vite par rapport à la cuisson du cake, placez un papier d'alluminium sur votre moule.

Ce cake est très moelleux aussi bien tiède que froid et se conserve très bien.

Dans mes recettes sans gluten, le psyllium permet de conserver l'humidité et le côté aéré.

 

 

Très bonne fin de semaine !

24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 23:45

Début de semaine un peu sur les chapeaux de roue !

Donc un petit passage assez fugace avec quand même une très bonne trouvaille à partager avec vous !

 

Nos amis de Because Gus ont déniché une petite adresse qui a tout de suite attirée mon œil de "cuisineuse" sans gluten.

Je veux parler de Glouton Frais.

L'histoire d'un boulanger qui veut que les personnes intolérantes ou allergiques puissent aussi prendre du plaisir en mangeant du pain et/ou des pâtisseries, et ça marche !

 

Glouton Frais à reçu le label de l'AFDIAG, de plus les pains et les pâtisseries sont sans lait.

 

Mais le plus merveilleux dans tout ça, c'est qu'ils livrent maintenant partout en France, il suffit de passer commande sur la boutique !

Les pains sont fabriquer le mardi et le mercredi et les livraison se font le lendemain, le mercredi et le jeudi.

Tout les renseignements sont sur le site, et pour ma part, j'ai prévu ma première commande pour la semaine prochaine !

 

Alors, allez-vous vous laissez tenter ?

 

20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 10:30

 

Une petite recette ultra rapide à faire, pour des petites madeleines délicieuses et merveilleusement moelleuses !

 

 

J'avais trouvé une recette sur un blog et honte à moi je n'ai pas marqué la source en relevant la recette : je m'excuse donc d'avance auprès de la bloggeuse et si elle se reconnait qu'elle me le fasse savoir afin que je lui rende ce qui lui appartient. :)

J'ai modifié un tout petit poil la recette en réduisant le sucre et en augmentant le miel de romarin, puis en ajoutant une demi cuillère à café de psyllium.

Je n'avais pas vraiment les moules adéquats pour faire des madeleines, celles de la photo ci-dessus ont été faites dans un moule en sillicone à mini-madeleines, et elles auraient pu cuire quelques minutes de plus.

Celles ci-dessous sont faites dans des moules à muffins, elles n'ont donc pas la forme de madeleine, mais la cuisson est bien plus belle.

 

 

Ingrédients :

2 oeufs

50g de sucre

90g de farine de riz

1 càc de poudre à lever sans gluten

90g de beurre fondu (1/2 sel pour moi)

1 grosse càs de miel de romarin

1/2 càc de psyllium

 

Faire fondre le beurre et le miel ensemble.

Pendant ce temps blanchir les oeufs avec le sucre.

Mélanger la farine, la poudre à lever et le psyllium

Verser les poudres dans le mélange oeufs et sucre, puis ajouter le beurre fondu et le miel.

Bien mélanger le tout au fouet et laisser reposer au frais. (J'ai laisser reposer 1 heure mais la recette originale conseille 20 minutes.)

Bien huiler les moules au pinceau. Moi je le fais à l'huile d'olive, mais on peut le faire au beurre fondu.

Remplir les moules au 3/4 et enfourner a four préchauffé à 220°.

Il faut surveiller le cuisson selon les moules que l'on utilise, mais quand on obtient une belle coloration dorée (entre 5 à 7 minutes en gros) c'est bon normalement.

 

 

Je m'étonnais dans cette recette de la non présence de fécule de maïs, mais au final elles sont vraiment aérées et légères.

 

Bon week-end !

19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 10:30
Famille zéro déchet - Ze guide
Famille zéro déchet - Ze guide

Aujourd'hui je partage l'expérience d'une famille (2 adultes et trois enfants) qui à décidé de minimiser au maximum ses déchets, de protéger la planète et court-circuiter les multi-nationales, et qui partage depuis le départ son parcours sur un blog et une page Facebook.

Pourquoi ont-ils pris cette décision ? Comment font-ils au jour le jour pour réduire leur impact ?

Les réponses viennent au fur et à mesure, simples dans le concept mais parfois un peu difficile à mettre en pratique, comme se déplacer avec ses récipients en plastiques quand on achète le fromage ou la viande à la coupe en demandant aux vendeurs de mettre les produits directement dedans et non dans du papier et dans un sac en plastique.

Bien sur ils essuient quelques refus parfois, d'autres fois à force de discussions et d'explications avec l'envie de faire partager leur préoccupation, ils arrivent à convaincre du bien fondé de leur démarche mais souvent ils reçoivent un accueil chaleureux et le sujet devient matière à échange.

Ils sont bien au dessus, des sacs en tissus, du compost et du recyclage courant, que ne pratique même pas correctement la moitié des français.

Ils sont actuellement à 5 kilos de déchets par an et par personne pour leur foyer, et ils ne veulent pas en rester là, mais quand on sait que c'est 100 fois moins que la plupart des français il y a de quoi se poser des questions.

En plus de relater leur expérience au jour le jour ou presque, leur blog est plein d'humour et absolument pas moraliste. Leur page Facebook regorge de belles initiatives, d'astuces et d'informations sur ceux qui font avancer les choses.

Ils en ont crée un petit guide qui sortira le 3 mars et qui est préfacé par Nicolas Hulot dont la couverture est visible en tête de cet article.

Allez visiter leur blog et leur page ils répondent aux questions avec plaisir et de façon hyper réactive ! :)

Bonne lecture !

17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 16:49

Le pain de cette deuxième tentative est plus joli et meilleur dans le sens ou il n'a pas cette légère acidité.

 

 

Le psyllium est un énorme avantage dans la recette du pain sans gluten dans le sens ou comme il gonfle avec l'eau, la mie du pain sèche beaucoup moins vite et ne devient pas friable, même après plusieurs jours.

 

 

Ingrédients :

 

250g de farine de riz

100g de farine de sarrasin

100g de fécule de maïs

1 càs de sucre

1 1/2 càc de sel

1 sachet de levure instantannée bio sans gluten

2 1/2 càc de psyllium

 

3 càs d'huile d'olive

1 cas de vinaigre de cidre

450g d'eau tiède

 

Mélangez toutes les poudres intimement, puis ajouter l'huile et l'eau en mélangeant bien pour obtenir une pâte lisse en dernier ajouter la càs de vinaigre et mélanger à nouveau.

Pendant ce temps préchauffer votre four à 60° avec un ramequin d'eau.

Huilez une feuille de papier cuisson et foncer votre moule avant d'y verser la pâte.

Eteindre le four et enfourner votre moule pour faire lever la pâte pendant 1h30.

Une fois la pâte levée, j'ai dessiné un quadrillage à la pointe du couteau sur le dessus de ma pâte et avec un pinceau et une mélange huile d'olive + eau j'ai badigeonné le dessus.

 

Remettez votre moule dans le four froid sur 160° pendant 20 mn

Puis à 205° pendant 1 heure.

 

 

Ce pain à une belle croute craquante et une mie agréable, mais par contre il faut bien attendre qu'il soit froid pour le couper.

Bonne journée !

 

16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 10:30

 

Tout le monde le sait, (ceux qui ne sont pas au courant doivent être sourds ^^), je ne porte pas dans mon cœur les laboratoires pharmaceutiques dont le fric, soyons clairs, est la seule motivation, et dont les accointances avec la grande distribution me hérissent, en plus de tout faire pour faire disparaitre l'homéopathie.

 

Aujourd'hui je mets en avant un collectif d'étudiants en médecine : La troupe du rire qui a réalisé un livret pour sensibiliser les soignants et les futurs soignants sur l'influence de l'industrie pharmaceutique au cours de la formation médicale.

 

Vous pouvez trouver ce livret sur le site Formindep (Pour une formation et une information médicale indépendante de toute autre intérêt que celui de la santé des personnes).

Il met en avant la manipulation dont son victimes les étudiants tout au long de leur formation, ou la publicité incitative envahie leurs fiches de cours, et ou le formatage de l'étudiant à accepter le démarchage des visiteurs médicaux et à accepter leurs "cadeaux" en échange de la prescription de produits de laboratoires spécifiques devient une banalité obligatoire....

 

Les industriels de cette mafia attaquent directement à la racine pour continuer à pourrir un système gangréné par les pots de vins sous forme de cadeaux, par le bourrage de crâne et par la manipulation de certains enseignants dévoués corps et âme à ce cartel du médicament.

Allez lire ce qu'on fait ces étudiants, et si cela vous touche et/ou vous met en colère comme moi faites circuler ce petit livret téléchargeable sur le site.

 

Vous les aiderez en faisant circuler ces informations, et vous pouvez le faire aussi en participant à la campagne de financement pour éditer ce petit livret afin de le distribuer gratuitement dans des congrès, dans des conférences ou dans des bibliothèques comme ça a déjà été fait en septembre dernier.

 

Je sais que je m'emporte quand il est question de ce sujet, mais il y a aussi de bonnes initiatives dans les universités et des enseignants "propres" qui cultivent l'apprentissage de l'émancipation de leurs étudiants.

Il faut encourager cette émancipation, et faire en sorte que ces jeunes futurs soignants puissent se former en gardant leur libre arbitre et en faisant leurs propres choix.

C'est la bataille de tous pour non seulement rendre leur liberté à nos étudiants, mais faire aussi en sorte de protéger ce qu'il reste d'humain dans notre système de santé !